Auto-moto: Yoan Loeffler, après le calvaire, le come back en ligne de mire.

Yoan, 21 ans, vit et a grandi à Bex. Sa passion pour les automobiles et le rallye lui a été transmise par ses parents. Egalement amateur de football, qu’il a pratiqué dans sa jeunesse, Yoan se tourne plus sérieusement vers le rallye à l’âge de 14 ans et commence à réaliser des vidéos et des photos de diverses courses. Dès qu’il obtient son permis, il se met à piloter et forme un équipage avec son ami David Rappaz de Saint-Maurice. Son premier rallye, à l’âge de 19 ans, est celui du Chablais en 2016 et, depuis, l’équipage chablaisien a principalement roulé en catégorie juniors. 

Un jour maudit d’avril.

Le bellerin de 21 ans, victime d’un grave accident de rallye dans le Jura il y a environ une année, entrevoit enfin la lumière au bout du tunnel. Il nous fait part de cette période très difficile, de ses prochaines échéances et de ses objectifs.

Yoan, à gauche , avec le Champion Suisse en titre Sébastien Carron.
Photo: Gérard Broennimann (videorace).

Le 8 avril 2017 a lieu le Critérium Jurassien auquel prend part le jeune équipage chablaisien composé de Yoan Loeffler et de son copilote David Rappaz, 19 ans de Saint-Maurice. La course, qui compte pour la seconde manche des championnats suisses des rallyes va réserver une bien triste issue aux deux jeunes automobilistes mordus de rallye. En effet, lors d’une spéciale, l’équipage sort de la route et le véhicule percute un arbre côté conducteur, Yoan et son copilote sont directement héliportés à l’hôpital de l’Île à Berne. Le verdict tombe et le diagnostic est sans appel pour le conducteur: sévère traumatisme crânien, une dizaine de côtes cassées, un os supportant le crâne cassé, le bassin gauche, un pouce et la clavicule droite également cassés.

Un passage obligatoire par la case « rééducation ».

Après quelques jours de coma artificiel, un transfert au CHUV et ayant vu entre temps son équipier David Rappaz quitter assez rapidement l’hôpital, Yoan effectue sa réadaptation à la clinique SUVA à Sion de début mai à fin juin. Durant ces deux mois, il cravache dur pour se remettre en forme et surtout pour récupérer une perte de physique importante ainsi qu’une déficience d’équilibre majeure suite aux longues semaines passées allongé dans un lit d’hôpital. Malgré une sortie à la base programmée au minimum pour le mois de décembre, le jeune pilote bellerin, motivé après des semaines de dur labeur, est en avance dans sa rééducation et est même en mesure de retrouver sa place de travail à 100% avant l’heure.

Phase de travail psychologique et fervent soutien familial.

Cette période a évidemment été très dure pour Yoan et son entourage. Après un accident de la sorte, le stress est omniprésent et se doit d’être géré. Le néo-pilote du Châtel sur Bex aborde cette expérience de façon constructive, en étant sûr que tout cela va lui apprendre beaucoup de choses et que l’envie, la motivation et le travail sont nécessaires pour qu’il retrouve sa vie d’avant. Heureusement, Yoan n’était pas seul dans cette lutte, il a grandement pu compter sur le soutien inconditionnel de sa famille et de sa copine dans les moments difficiles, que ce soit à l’hôpital ou lors de sa réadaptation.

La réussite du CFC avant de repenser au volant.

Physiquement, Yoan se sent à présent bien, les nombreuses séances de course à pied et de vélo lui ont permis de retrouver petit à petit sa condition physique pré-accident. La plus grosse difficulté reste néanmoins du côté de la tête, bien que sa mémoire s’améliore de jour en jour elle demande encore d’être exercée de même que l’attention. De plus, l’accident a causé un important changement comportemental chez Yoan pour certaines choses, les réactions ont évolué sur certains points et ce n’était pas positif. De ce fait, il continue de travailler dur pour essayer d’inverser cet aspect.

Par ailleurs, le bellerin est formel, son principal objectif reste la réussite de son CFC, lui qui est gestionnaire de commerce en pièces détachées au garage Gailloud à Aigle. Pourtant, médecin, doyen et professeur avaient tous annoncé injouable la réussite de son apprentissage, mais pour le moment, Yoan s’accroche et travaille dur pour atteindre ce but, à l’image des efforts effectués lors de sa rééducation. Le rallye, il en fait abstraction pour l’instant. Toujours passionné par cette discipline il se concentre toutefois sur la réussite de ses examens et de son CFC avant de pouvoir remonter dans une voiture de rallye. Après tout, à 21 ans, il se dit  » avoir encore de nombreux kilomètres devant lui ! »

Bravo Yoan pour tes efforts et ton abnégation et bon vent pour la suite !

Photo mise en avant: la Citroen DS3 R1 de Yoan Loeffler  prise par Sébastien Montagny

A.J