Belle victoire du HC PDS contre l’ogre sédunois

HOCKEY SUR GLACE

Les Portes du Soleil s’offrent le scalp du HC Sion-Nendaz.

Sur le papier la rencontre, opposant le néo-promu PDS à l’une des grosses cylindrées de la 2e ligue le HC Sion-Nendaz, paraissait assez déséquilibrée. Surtout que du côté des «Portiers» le groupe était réduit à seulement douze joueurs valides.

Volonté et discipline étaient les maître-mots du HC PDS.

Dès le coup d’envoi les spectateurs on pu voir une équipe sédunoise patiner sur un rythme de croisière alors qu’en face les pensionnaires du Palladium avaient rapidement enclenché la surmultipliée pour tenter de surprendre son adversaire. C’est donc assez logiquement que, sur leur premier power-play, les val d’Illiens pouvaient tromper la vigilance du portier sédunois. Tout le monde s’attendait à une grosse réaction des hommes de Yves Constantin qui peut compter dans son effectif de quelques joueurs ayant évolué en 1ère ligue. Et bien non il n’y eu pas de révolte et c’est au contraire les chablaisiens qui allaient doubler la mise sur une nouvelle supériorité. Bien en place et respectant bien leur plan de jeu, les bas-valaisans continuaient à avancer sans prendre trop de risques mais en jouant leurs coups à fond. A la deuxième pause ils menaient de deux longueurs sans avoir été mis réellement mis en danger.

Changement de décor a la reprise du dernier tiers. Ayant été un peu secoué par leur entraîneur les sédunois ont entamé le tiers le couteau entre les dents et se sont installé dans la zone des chablaisiens. Pouvant compter sur un dernier rempart de feu, les «Portiers»  se sont arc-bouté autour de leur gardien pour préservé les deux unités d’avances. Sion-Nendaz réussit à réduire la marque à moins de 17 minutes du terme ce qui leur permettait de prendre l’ascendant sur cette fin de match. Le match devint tout d’un coup poignant et l’assaut de la cage, défendue bec et ongle par Michael Loretan, fût impressionnante, tout comme le sang-froid et le calme du dernier rempart de PDS qui repoussa toutes les tentatives. L’explosion de joie des «Portiers» au coup de sirène final contrastait bien avec la déception des sédunois qui réalisaient peut-être, avec du retard, qu’un match débute au premier lâché du puck.

Pour le gardien de PDS Michael Loretan cette victoire vient confirmer que même une équipe réduite peut créer un exploit:«Nous savions qu’en face de nous se serait un gros morceau, qu’il fallait réussir le match parfait pour réaliser un exploit. Même à 12 joueurs nous y avons cru dès le coup d’envoi, quelques fois avec de la chance et de la réussite, mais chacun a donné le meilleur pour aller chercher une victoire improbable au départ. C’est vrai que j’ai réussi un gros match, mais il faut donner du crédit à toute l’équipe pour cette belle victoire. J’ai été galvanisé par le travail de toute l’équipe et cela m’a donné une plus grosse confiance, et il y a des soirs ou tout va mieux que d’autres. Nous avons su rester calme et surtout discipliné, nous n’avons jamais paniqué, c’est vraiment une victoire collective. En plus il y a vait mon frère dans l’équipe adverse et je ne voulais surtout pas capituler devant lui donc la motivation de sortir un gros match était décuplée.»

Le défenseur sédunois Damien Loretan, frère du gardien de PDS, cette défaite est difficile à avaler:«Sur le papier nous étions clairement les favoris, mais nous avons oublié certains principes qui font les valeurs de notre groupe. Durant près de deux tiers nous n’avons jamais mis de rythme et nous avons évolué au niveau de notre hôte. De plus ils étaient juste deux lignes alors que nous avons joué à trois blocs complets. Mon frère à réussi un match incroyable devant le filet de PDS et il a tenu son équipe dans le match, je suis content pour lui mais très déçu de notre prestation. L’équipe qui en avait le plus envie a remporter la victoire.»

Portes du Soleil – Sion-Nendaz 2-1 (1-0/1-0/0-1)

Buts: 7’15 Antoine Mariétan 1-0 (5 contre 4), 32’09 Guillaume Buff (Pidlo-Métral, à 5 contre 4) 2-0, 42’54 Blaise Pannatier (M. Jacquier-Genoud, à 5 contre 4) 2-1.

Pénalités:   7 x 2’ + 1 x 10’ (Corentin Perrin) contre PDS et 7 x 2’ contre Sion-Nendaz.

Patinoire du Palladium de Champéry 52 spectateurs.